Rechercher

Enfance&Handicap

Dernière mise à jour : 4 janv.

Des milliers d'enfants handicapés se retrouvent sans solution éducative. En cette veille de rentrée, l'Unapei met en lumière leur parcours du combattant via une étude et une campagne.


Taux d'encadrement insuffisant


Déplorant le manque de chiffres officiels sur cette thématique, l'Unapei a également interrogé 35 associations de son réseau qui accompagnent quotidiennement des enfants en situation de handicap dans des dispositifs pensés pour eux (institut médico-éducatif ou IME, unités d'enseignement externalisées, SESSAD, etc.). Résultat : 69 % des demandes de postes d'enseignants faites par ces associations ont été refusées par l'Education nationale, révélant un taux d'encadrement « largement insuffisant ». L'étude pointe également « l'absence de convention en faveur de l'école inclusive » entre l'Agence régionale de santé (ARS) et l'Education nationale mais aussi de collaboration entre cette dernière et le secteur médico-social. Elle déplore également « des freins à la mise en œuvre de dispositifs inclusifs » ainsi qu'un accompagnement parfois mal adapté au handicap de l'enfant, 74 % d'entre eux disposant d'une orientation en IME étant accompagnés par un SESSAD faute de place.





Pour changer la donne, l'Unapei formule plusieurs propositions, réparties en quatre axes majeurs : un environnement scolaire et éducatif adapté et accessible, un accompagnement sans rupture des élèves et de leurs familles, une collaboration renforcée entre l'Education nationale, le secteur médico-social et les intervenants libéraux quels que soient les lieux de scolarisation et, enfin, une sensibilisation à grande échelle aux handicaps, des élèves, de leurs parents et de l'ensemble de la communauté éducative. Sollicités pour donner leur avis sur les diverses mesures qui pourraient améliorer la situation, les Français sont majoritairement favorables à la formation de professionnels de l'Education nationale et du périscolaire aux spécificités des enfants en situation de handicap intellectuel ou cognitif. Neuf personnes interrogées sur dix estiment également qu'allouer plus de budget à leur accompagnement, réduire le nombre d'élèves par classe et traduire tous les documents et livres utilisés pour l'apprentissage en langage simplifié pourrait contribuer à une meilleure scolarisation.


Enfin, l'Unapei rappelle son refus de « voir s'installer une école inclusive au rabais, que ce soit en termes quantitatifs ou qualitatifs ». « Tous les enfants ont le droit à une scolarisation de qualité, continue, avec un accompagnement et un environnement adaptés aux spécificités et aux besoins de chacun, quel que soit le lieu où s'exerce leur scolarité », conclut-elle.


26 août 2021 • Par Cassandre Rogeret / Handicap.fr


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout